top of page

La peur de l'échec


Comment envisager l'échec comme une opportunité ?


La peur est une émotion complexe et difficile à contrôler. C'est pourquoi, il est important de prendre du recul sur chacune des situations de vie vécues et faire preuve d'un maximum d'objectivité afin de s'en libérer et d'oser vivre ses rêves.


Il est grand temps de reprendre votre vie en main !



Qu'est-ce que l'échec ?


Dans sa définition, l'échec est perçu comme le simple fait d'avoir une envie, un objectif et de ne pas réussir à l'atteindre.

Mais lorsque l'on parle d'échec, cela touche bien évidemment notre corde sensible.

L'échec provoque la déception et la frustration, mais cela vient surtout attaquer notre estime personnelle.

Lorsqu'on échoue, ce n'est pas uniquement notre projet qui ne voit pas le jour mais c'est aussi notre valeur qui est mise à mal.

Nous remettons alors en considération, non pas le projet en lui-même, mais toute notre personne : "Suis-je assez bien ?", "Que vont penser les autres de moi ?", "Je suis nul, je n'y arriverai jamais".

Et c'est bien là, la véritable problématique !



Pourquoi a-t-on peur de l'échec ?


Vivre un échec nous procure toutes sortes d'émotions négatives : la honte, les regrets, l'inquiétude, la tristesse, la colère,...

Ces sentiments sont difficiles à surmonter, c'est pourquoi notre esprit va tout faire pour éviter les situations d'échec.

Le regard des autres est aussi un élément essentiel dans cette peur de l'échec.

En effet, il est clairement compliqué d'assumer sa non-réussite car on pense spontanément au jugement des autres.

Vous pourriez donc vous convaincre que le mieux à faire est d'uniquement pratiquer des activités dans lesquelles vous excellez ou d'effectuer des choses que vous êtes sûr de réussir... mais malgré la sécurité apportée en utilisant cette méthode, vous n'aurez jamais l'occasion d'apprendre, de grandir ou de relever des défis.

En évitant les situations qui pourraient provoquer un échec, vous restez dans votre zone de confort.

Mais cela implique aussi de passer à côté d'un paquet d'opportunités !





Comment surmonter la peur de l'échec ?


1) Analyser la cause de cette peur de l'échec


La première étape consiste donc à effectuer un travail d'introspection.

Cela permet de définir la cause profonde de notre peur irrationnelle et ainsi d'orienter notre travail vers ce blocage.

Cela provient-il d'une blessure du passé ? Une éducation poussée vers la réussite ? Un traumatisme ?

Un manque d'estime de soi ?

Prenez le temps de définir pourquoi vous avez tellement peur de l'échec : est-ce que vous avez peur de décevoir quelqu'un, est-ce que vous avez besoin de reconnaissance, êtes-vous perfectionniste, quelles émotions cela vient-il remuer ?



2) Prendre du recul et changer sa façon de penser


Il est important de faire évoluer votre manière de percevoir l'échec et la réussite.

Chaque apprentissage nécessite des échecs. Sans échec, on ne se remet jamais en question et notre perspective ne peut jamais évoluer.

Dans de nombreuses cultures, l'échec n'est pas synonyme de négativité. C'est seulement une étape par laquelle chaque individu doit passer pour réussir son objectif.

Alors pourquoi, l'échec serait-il perçu différemment ?

En t'obligeant à percevoir l'échec comme un passage indispensable vers ta réussite, tu prépares ton esprit à se montrer plus serein et plus à même de trouver des solutions.


Aujourd'hui vous pensez sans doute que l'échec c'est :


-Une honte

-De la négativité

-Une raison d'abandonner

-Une preuve que vous n'êtes pas à la hauteur


Alors que l'échec représente vraiment :


-Une possibilité de se remettre en question

-Une possibilité d'évolution

-Une manière de grandir

-Un challenge à relever

-Une erreur que vous ne commettrez plus jamais

-Une manière d'envisager d'autres options

-Une force à explorer



3) Anticiper les risques


Il est intéressant de pouvoir mettre par écrit ce qui pourrait se passer de pire afin d'analyser ce que cela procure en toi.

En envisageant les risques associés à ton projet, tu peux aussi déjà réfléchir aux solutions qui peuvent être mises en place.

Cette méthode permet de relativiser l'échec et de s'y préparer.



4) Se familiariser avec de "petits échecs"


En commençant par des petites actions sans grandes conséquences, on peut déjà se familiariser avec le sentiment d'inconfort.

Si tu sais d'avance que tu as peur de parler en public, avant de te lancer dans ton rêve qui nécessitera peut-être de prendre la parole, commence par te lancer de petits défis. Tu peux par exemple, dans un premier temps, te forcer à aller poser des questions dans des magasins, demander un avis à un vendeur, demander l'heure à un passant, prendre de plus en plus la parole en réunion d'équipe ou même exposer ton projet devant plusieurs amis ou membres de la famille. Ainsi, tu te confrontes à ta peur mais sans prendre trop de risques.

En cas d'échec, tu pourras apprendre de tes erreurs pour le véritable projet.




À la suite de cet article, je vous souhaite de vivre vos prochains échecs comme une belle expérience pour rebondir !

N'oubliez pas que pour réussir il faut apprendre et pour apprendre il faut échouer.



Madison Pieltain Coach en développement personnel.

Comentarios


bottom of page